21 novembre 2010

9

Le boss m’a mandaté, j’ai donc un coup d’avance sur Guitton. Je vais aller le voir, discuter avec lui, le flatter pour avoir son aide et montrer ainsi que je la joue équipe. Il ne pourra pas se plaindre que je l’ai court-circuité. Je verrai bien sa réaction, mais de toute manière, je vais éplucher tout ce qu’il me donne, histoire de repérer les entourloupes. Je tiens à ma promotion, je vais tout faire pour. Le vent tourne en ma faveur, je le sens.

Ce soir, après le dîner, je planche sur mon dossier. J’ai déjà récupéré les éléments concernant la fusion avec Marseille : historique, organigramme, compétences, audits antérieurs…

Je vais devoir laisser Martine se débrouiller avec les filles pour me consacrer à cette mission. Je pourrai lui donner un coup de main le week-end, mais plus le soir, je vais bosser au calme à la maison. Enfin pour être honnête, ces derniers temps, je n’ai pas foutu grand-chose non plus à la maison, je rentre tard, il y a eu le séminaire, je ne m’occupe plus beaucoup des filles et il y a longtemps que nous n’avons pas pris le temps de jouer ensemble ou de bavarder tout simplement. Mais bon, elles ont leur vie aussi ! Allez ne te tracasse pas Alex, prend le vent qui vient pour toi et fonce !

11

Quand on n'est pas bien, la fuite ce n'est pas un manque de courage, c'est de rester qui serait une marque de faiblesse.

Tu rentres bien tard ! Nous avons déjà dîné, les filles avaient faim, Zoé joue sur la console et Charlotte tchate avec ses copines ! Bonsoir mon chéri ! Je m’approche d’Alex pour lui faire un bisou sur la bouche J’suis claquée tu sais !

Bonsoir ma chérie, les filles ont mangé, tant mieux, faut que j’te raconte Martine, je viens d’être nommé par le boss pour une mission capitale !

Et voilà, il m’a tout raconté en long en large et en travers. Je sais tout et je le sais même par cœur vu qu’il a répété plusieurs fois, notamment la scène avec Guitton Si t’avais vu sa tête Martine, il aurait bouffé son Iphone, qu’il n’aurait pas été plus vitreux !

Je l’ai laissé avec ses dossiers et son enthousiasme, j’ai pris Pilou, je voulais marcher dehors. Quand j’ai décroché la laisse, Pilou a sauté de joie en jappant de plaisir. Au moins cela m’a fait sourire. Nous sommes sortis tous les deux. Je suis allée au bout de notre rue, puis j’ai laissé mes pas m’emmener vers le centre ville. Un centre ville désert comme dans de nombreuses villes de banlieue, un centre ville qui ne ressemble à rien puisque les banques, les coiffeurs et agences immobilières ont remplacé la boucherie, le salon de thé, le poissonnier, la mercerie depuis longtemps déjà. Je viens rarement ici, les courses je les fais au centre commercial en dehors de la ville. Amusant, les centres sont à l’extérieur des villes et dans les centres villes, il n’y a plus rien. On marche sur la tête, m’étonne pas que je ne sache plus où j’en suis. Les larmes se mirent à couler sur mes joues, tout doucement sans raison, comme ça. Alors tout en me mouchant, je décidai de faire une cure de vitamine, de magnésium et puis de fer aussi, tiens cela ne me ferait pas de mal avant l’hiver.

12

L'espoir ne fait pas "vivre", il entretient l'illusion qu'une vie meilleure est possible.

Posté par pagenas à 02:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur 9

    Je confirme, le magnésium est un bon plan.
    Et j'aime beaucoup la dernière citation. Quoique c'est un peu la même chose au fond...

    Posté par Pastelle, 02 décembre 2010 à 14:44 | | Répondre
  • ATTENTION DANGER: Parler au lit tue les câlins!!
    C'est comme les pyjamas, la crêmuche sur la tronche !! ... ça tuent pareil D

    Posté par Monique, 10 décembre 2010 à 07:22 | | Répondre
Nouveau commentaire